3 principaux conseils pour mettre fin à un contrat de travail

La vie commerciale est marquée par le fait que, de temps à autre, les entreprises doivent mettre fin à des contrats de manière anticipée. À cette fin, la plupart des contrats commerciaux contiennent des dispositions permettant à une partie de résilier le contrat en adressant un préavis écrit à l'autre partie. Voici donc 3 principaux conseils pour mettre fin à un contrat de travail.

La résiliation est la bonne solution

Rupture conventionnelle, en fonction de votre situation particulière, il peut y avoir une multitude de raisons commerciales pour lesquelles vous souhaitez résilier un contrat. Elles sont parfaitement valables. Toutefois, si la résiliation peut être une option, elle n'est peut-être pas la meilleure.
Par exemple, si vous pensez que l'autre partie ne respecte pas le contrat, cela peut vous donner le droit de le résilier (selon les termes du contrat). Si tel est le cas, il est préférable d'intenter une action en dommages et intérêts. Si la violation est grave, vous pouvez la considérer comme une répudiation du contrat, ce qui vous permet d'annuler le contrat (en le résiliant effectivement) et d'intenter une action en dommages et intérêts.

Vous êtes prêt à résilier le contrat

La résiliation d'un contrat a des implications pratiques évidentes. Par exemple, si vous envisagez de résilier un contrat de fourniture avec un préavis immédiat, vous avez surement prévu un fournisseur de remplacement pour éviter toute interruption de votre activité. Le contrat contient des dispositions qui vous obligent à prendre certaines mesures après la résiliation du contrat (par exemple, aider à la transition vers un nouveau fournisseur) et, dans l'affirmative, vous êtes en mesure de les respecter.
De même, le reste de l'entreprise a " reçu le mémo " sur la résiliation et il est prêt à cesser toute action. Un avis de résiliation valide peut être annulé si vos équipes continuent à se comporter comme si le contrat n'avait pas été résilié. Par exemple en se présentant pour livrer des marchandises le lendemain ou en émettant des bons de commande pour de nouvelles commandes.

Auteur de l’article :